Maladie mentale

Qu’est-ce que la maladie mentale ?

Malheureusement, même de nos jours, la maladie mentale fait peur. Elle est souvent associée, à tort, à une faiblesse, à une perte de contrôle ou encore à des événements pénibles , lesquels sont souvent médiatisés Cependant, pour une grande majorité de personnes, la maladie mentale est une souffrance soigneusement cachée. Par exemple, on peut côtoyer des personnes atteintes de phobie sans même s’en rendre compte. À cause de tous ces préjugés entourant la maladie mentale, seulement une personne atteinte sur trois consultera un professionnel de la santé. Pourtant, les personnes atteintes de maladie mentales peuvent être soignées et souvent guéries. Par maladie mentale, on désigne l’ensemble des problèmes affectant l’esprit. En fait, il s’agit de manifestations d’un dysfonctionnement psychologique et souvent biologique. Ces perturbations provoquent différentes sensations de malaises, des bouleversements émotifs et/ou intellectuels, de même que des difficultés de comportement. 

Quelles sont les causes des maladies mentales ?

En dépit de la recherche réalisée dans ce domaine, on ne connaît pas encore les causes de chacune des maladies mentales. On sait toutefois qu’il existe des facteurs déclenchant, souvent des événements douloureux qui peuvent favoriser son apparition, par exemple, la perte d’un être cher, un divorce, la perte d’un emploi, un accident ou une maladie grave.

De plus, on reconnaît aujourd’hui une origine biologique à certaines maladies. Grâce à la technologie moderne, le fonctionnement du cerveau est de mieux en mieux compris. Certaines substances identifiées par les chercheurs, telles la sérotonine (un neurotransmetteur) jouent un rôle important dans le développement des maladies mentales comme la dépression.

Les recherches indiquent que les maladies mentales résultent d’une interaction complexe de facteurs génétiques, biologiques, des traits de personnalité et de l’environnement social. C’est ce qui est appelé le modèle « bio-psycho-social ». Ce modèle souligne l’interaction constante entre les aspects biologique, psychologique et social des maladies en rejetant la réduction de la maladie à un seul de ces aspects de l’être humain et ce, au bénéfice de la personne atteinte.

Comments are closed.