Journée

10 octobre : Journée mondiale de la santé mentale

La journée mondiale de la santé mentale (célébrée le 10 octobre), est une journée internationale consacrée à l’éducation et à la sensibilisation du public envers la santé mentale, et comme les rapports l’indiquent, elle a été célébrée pour la première fois en 1992. Les données dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dispose, indiquent que les individus atteints de troubles mentaux, et en particulier celles qui sont placées en établissement, présentent des taux de mortalité par cancer et par cardiopathie plus élevés que la population générale. D’après les chiffres, les personnes âgées dépressives seraient exposées à un risque excédentaire de cancer de 88 % et les hommes dépressifs à un risque de cardiopathie accru de 70 %2.

D’après les recherches de l’OMS, les problèmes de santé mentale affectent un tiers de la population mondiale actuelle. Dans deux décennies, ils devraient devenir la deuxième cause principale d’invalidité. Toutes les régions du globe, les pays et les sociétés, ainsi que des individus de n’importe quel âge peuvent en être atteints.

La santé mentale
Par santé mentale, on entend généralement santé du cerveau puisque cet organe est considéré comme le support exclusif de l’activité psychique. Le cerveau dont il est question est le cerveau antérieur (car placé à l’avant du crâne) ou néocortex (parce que d’apparition récente). Nous possédons cependant un deuxième cerveau, appelé le cervelet. Il est tenu comme d’intérêt secondaire, mais la connaissance spirituelle nous apprend qu’il est le pont par lequel l’esprit immatériel (l’âme), transmet son vouloir au cerveau antérieur. L’activité psychique de l’être humain ne se limite par conséquent pas à celle du cerveau antérieur, mais se double de celle de l’esprit par l’intermédiaire du cervelet.

Le rôle de l’esprit et du cerveau
À cause de leur différence de genre – l’esprit étant fabriqué avec les matériaux du plan spirituel, le cerveau avec ceux du plan terrestre –, leurs capacités et fonctions sont différentes.
L’esprit est le seul élément vivant dans l’homme. Il ressent et vit. C’est en lui que résident les facultés de cœur, l’intuition, la conscience de soi, le centre de volonté. À cause de son origine spirituelle, il a des vues larges de la réalité.
Le cerveau est un outil. Il ne vit ni ne ressent, mais pense, analyse. Son savoir est intellectuel. À cause de son origine matérielle, sa vision est uniquement portée sur la matière. Étant analytique, sa vision est fragmentaire.
Une collaboration fructueuse
Normalement, l’esprit et le cerveau collaborent. L’esprit transmet son vouloir au cerveau qui, en tant qu’outil destiné à cela, le réalise concrètement dans la matière, c’est-à-dire le transforme en paroles et en actes.
Lorsque cette collaboration a lieu, l’être humain se sent bien avec lui-même et est capable de faire face à ce qui se présente à lui, car il utilise l’ensemble des facultés à sa disposition. Malheureusement, cette collaboration n’est pas toujours effective. Au lieu que l’esprit dirige, il est parfois «mis de côté» et «seules» les facultés intellectuelles du cerveau sont mises à contribution. Le cerveau cherche à effectuer tout le travail de l’esprit en plus du sien, ce qui le surmène, lui fait perdre ses forces et… sa santé.

D’où vient la rupture de l’équilibre ?
Une harmonieuse collaboration de l’esprit et de l’intellect aurait dû amener un développement égal de leur «organe-support » le cervelet et le cerveau. Cependant, au cours de son histoire, est-il expliqué dans le Message du Graal, l’être humain décida de fonctionner principalement avec ses facultés intellectuelles. Cela a conduit à l’hypertrophie du cerveau antérieur et l’atrophie du cervelet. Le déséquilibre est un fait physiologique confirmé par les expressions grand et petit cerveaux utilisées couramment.
La cause profonde de la perte de la santé mentale

Les deux cerveaux auraient dû être de même force ; or, aujourd’hui, le cerveau antérieur est environ 10 fois plus grand que le cervelet. En s’hypertrophiant, il est devenu extrêmement fragile, d’où les nombreux troubles qui l’atteignent. Ce fait est confirmé parmi bien d’autres anthropologues, par Arthur Koestler :
«Tous les indices confirment que le malheur commença lorsque le néocortex (ou cerveau antérieur) se mit soudain à s’accroître rapidement ; cet exemple est sans précédent dans l’histoire de l’évolution entière. Pourquoi serait-il alors déraisonnable d’admettre que quelque chose a mal tourné lors de ce développement explosif du cerveau qui dépasse de loin son but ?»
Pour retrouver la santé mentale, il faut donc que l’être humain sacrifie un peu de son mental au profit de ses facultés de cœur, ce qui correspond à un réveil de l’esprit.

Comment la journée mondiale de la sante mentale se célèbre a Ndera ?
Comme dans touts les autres pays, le Rwanda a aussi l’hôpital Neuropsychiatrique, là où, Sensibiliser, éduquer, sur la santé mentale, est parmi leur premières missions.

Dans l’hôpital Neuropsychiatrique de Ndera, comme on le fait a chaque année a la célébration de la journée mondiale de la santé mentale, la journée commence avec la messe pour les patients, et puis on continue avec la sensibilisation sur la santé mentale, mais surtout tout en combattant le stigma, envers les gens avec les problèmes mentaux , dans la société, et la fête continue entre les Patients, les autorités de l’hôpital, les visiteurs, les docteurs, et les infirmiers, jusqu’à la fin de la journée.Et Apres la journée, la sensibilisation sur la santé mentale continuent, jour a jour.
“Sans santé mentale et sans bien-être, il n’y a pas de vraie santé”

JEAN CLAUDE HAKIZIMANA.

Comments are closed.